Le son immersif fait son entrée auprès du grand public depuis quelques mois, notamment grâce à l’intégration de cette nouvelle fonctionnalité sur les plateformes de streaming. Initié par Apple Music via la technologie Dolby Atmos, puis suivi par d’autres acteurs majeurs de la musique en ligne, le mouvement vers l’audio spatial se propage rapidement.

C’est une tendance tout à fait logique ; les technologies s’améliorent, la 5G et la facilité de diffusion nous permettent de partager des fichiers moins compressés, donc moins lourds. L’écoute immersive est de plus en plus accessible. Alors dans quelle direction allons-nous ? Sommes-nous aux débuts d’une réelle révolution sonore ? Quels seront nos usages dans 5 ans ?

Le metaverse audio : une immersion complète

Sans surprise, l’audio immersif s’intègre pleinement dans le monde du jeu vidéo et du metaverse. Le son participe à la proprioception, autrement dit, il nous aide à nous placer dans l’espace. Nous écoutons avec notre corps entier, il est donc nécessaire de recréer cette sensation avec différentes sources sonores. Lors d’une expérience immersive, il ne suffit donc pas de l’image pour créer une immersion complète, il faut également penser à nos oreilles. L’immersion est en passe de devenir le format du futur, l’audio immersif doit faire partie de ce mouvement pour assurer sa réussite

L’audio spatialisé permet d’accompagner l’évolution dans des environnement virtuels de manière plus effective. C’est aussi un contenu moins “lourd” que la vidéo, moins difficile à diffuser et moins sujet aux latences liées au réseaux et à la connexion. Le metaverse audio serait-il finalement l’immersif le plus efficace et viable pour le futur proche ? Serait-il aussi moins consommateur donc plus respectueux de l’environnement ?

C’est l’une des pistes dont les équipes de recherches de l’Ircam sont convaincues. La création d’expériences sonores immersives gagnent du terrain, et les technologies nécessaires aussi bien à leur élaboration qu’à leur réception sont en rapide évolution. Plusieurs projets en cours comme Binaural Listening (BiLi) sont actuellement liés à la création de contenus, en lien avec les grands groupes médias. Pour savoir ce que nous réserve le futur quant à nos usages sonores, Ircam Amplify s’appuie sur les innovations de recherche les plus avancées pour penser nos usages du quotidien, toujours avec un temps d’avance.

Au-delà de l’immersion grâce à la qualité sonore, il faut également prendre en compte le fait que le storytelling et l’engagement au sein d’une expérience dépendent également largement de ce qui parvient à nos oreilles. Être capable d’anticiper, comprendre le comportement et entendre les signes extérieurs participe à l’élaboration d’histoires à suivre.

L’audio immersif : l’immersion sera sociale ou ne sera pas

En effet, s’immerger dans un monde requiert également de l’entendre. C’est l’une des conditions pour avoir la sensation d’en faire partie. C’est d’ailleurs l’un des axes de développement des univers virtuels : la création d’un sentiment de communauté. Le futur de l’immersion est social, et le son a tout à voir avec le sentiment de cohésion. Sans son, nous sommes seul(e)s chez nous.

Ce besoin s’explique très simplement ; parmi les besoins nécessaires des êtres humains figure la sensation d’attachement et d’appartenance à une communauté (selon le concept de la pyramide des besoins, ou pyramide de Maslow). Si le son est pensé pour le futur comme une technologie adaptée aux humains, le metaverse doit en faire de même. L’audio participe à la création d’interactions, de positionnement dans un espace et structuration d’un environnement.

De manière concrète, la création d’univers propres permet un lien nouveau et plus solide. Les marques, notamment fonctionnant sur des canaux digitaux, ont tout intérêt à créer ces expériences polysensorielles, complémentaires de leurs expériences physiques et en ligne. Le son permet une nouvelle façon de se connecter à sa communauté, à son audience. Cette audience, de fait plus réceptive et engagée grâce à un son immersif, de haute qualité. Notre cerveau se projette bien plus facilement au sein de communautés et d’autres univers. C’est le pouvoir du son à l’état pur : la faculté de voyager sans apport visuel. Nos usages promettent d’être bouleversés par ces changements et une meilleure connexion les uns aux autres dans nos univers virtuels.

L’audio pour la musique : rassembler autour du son

L’un des domaines les plus intrinsèquement liés à ces questions est celui de la musique. Rassembler des communautés dans des univers virtuels impose un rapport au son toujours plus important. Étant à la croisée du son et de la communauté, la musique est un segment clé pour le futur de nos usages sonores.

Dans les laboratoires de l’Ircam, les recherches autour de la spatialisation audio 3D s’associent à la captation de mouvements pour aborder les possibilités d’interactions musicale, sonore et multimédia. C’est précisément ce qui nous attend dans le futur ; la notion d’espace, la coordination de nos sens et la perception de l’espace seront au centre de nos expériences. L’équipe Espaces Acoustiques et Cognitifs du laboratoire STMS (Ircam, Sorbonne Université, CNRS, Ministère de la culture) travaille à l’influence des indices acoustiques sur notre système nerveux central pour l’intégration des informations sensorielles et nos processus émotionnels.

C’est sur ces recherches qu’Ircam Amplify s’appuie pour développer de nouveaux usages et penser l’avenir de notre rapport au son. La qualité sonore augmentera donc notre expérience, mais nous permettra également de mieux nous y intégrer. L’évolution du son spatialisé à venir dans les 5 prochaines années transformera en profondeur nos usages du quotidien et notre rapport au son.

Pourtant l’évolution de nos supports d’écoute n’a pas toujours été dans l’intérêt d’une qualité sonore jusqu’ici. De la compression des fichiers aux problématiques matérielles, pourquoi revient-on à la volonté d’un son meilleur pour le futur ?

L’audio sur mesure : regain d’intérêt pour le son de qualité

L’audio spatialisé est une technologie beaucoup plus adaptée à nos cerveaux, ce n’est plus à prouver. Le son immersif, créé selon la morphologie humaine, nous permet de fournir moins d’efforts. Au contraire, les contenus visuels de haute qualité ont tendance à rapidement fatiguer les utilisateurs et à être gourmands en bande passante. L’audio spatial aura toute sa place dans nos futures écoutes. Le son spatial est par définition respectueux de son environnement et des oreilles, et lui confère notamment un enjeu écologique au sens large.

D’autant plus que la différence s’entend. L’avantage que représente le son spatialisé est le fait que tout utilisateur peut entendre un changement de perception des sons, que l’écoute se fasse au casque ou bien via des enceintes. L’effet est immédiat et justifie très vite les efforts fournis, c’est une amélioration à laquelle toutes les personnes à la recherche d’un son de qualité peuvent accéder.

Dans un futur proche, l’audio spatialisé aura toujours plus d’importance. Il ne fait aucun doute que le 21ème siècle sera sonore, avec une attention portée à la qualité des sons qui nous entourent. Le son entre dans sa nouvelle ère : l’immersion, le respect de notre santé et une connexion toujours plus profonde.

Mathilde Neu